Lettre pastorale de Mgr. Paul Bui Van Doc: Pour l’Avent et le Noël 2014

ARCHEVÊCHÉ
180 Nguyen Dình Chieu - Quan 3
HO CHI MINH VILLE
(84.8) 3930 3828

 

HCMVille, le 10 novembre 2014

LETTRE PASTORALE DE Mgr. PAUL BUI VAN DOC
POUR L’AVENT ET LE NOËL 2014

Aux : Prêtres, Supérieurs et Supérieures,
Religieux et Religieuses, Séminaristes
et Frères et Sœurs laïcs
de la Famille diocésaine

1. Mes salutations respectueuses aux prêtres, supérieurs et supérieures, religieux et religieuses, séminaristes, ainsi qu’à tous les frères et sœurs laïcs. J’ai été invité au Synode extraodinaire des Évêques sur “la Pastorale de la Famille”, en tant que Président de la Conférence épiscopale du Vietnam. En convoquant ce Synode, le Pape François avait pour but d’écouter les pères synodaux , notamment les présidents des Conférences épiscopales nationales, pour connaître l’état de la vie famiale des catholiques du monde entier. Tout vient de l’amour et le désir de servir les hommes, comme Jésus qui vit la grande foule et fut rempli de pitié. Après deux semaines de travail assidu: écoute, échange, exposé, suggestion, méditation…, le Synode s’est clôturé le 19 octobre, le jour de béatification du Pape Paul VI.

2. Je suis reparti, le cœur comblé de bonheur et d’allégresse d’avoir pu collaborer avec le Pape et l’épiscopat mondial dans l’amour fraternel, l’âme pastorale a été élevée et le cœur rempli d’espoir pour l’avenir de l’Église du Christ dans cette époque pleine de changements et d’épreuves. “Là où le péché a abondé, la grâce a surabondé” (Rm 5, 20). C’est ce que Paul a proclamé, faisant ressortir l’Amour gratuit de Dieu: l’Amour sans condition, sans réserve, sans marchandage, l’Amour qui se donne totalement dans le sacrifice mortel de Jésus sur la Croix! Mon cœur est rempli d’espérance car j’ai totalement confiance en Jésus, le Fils de Dieu. Nous avons tous “une grande espérance”: d’être totalement aimés par le Père, le Fils et le Saint Esprit, et quoi qu’il nous arrive, nous sommes attendus par cet Amour (cf. Spe Salvi, no 3).

3. L’Avent est “le Temps de l’Attente”: Dieu nous attend avec patience. Dans sa deuxième lettre, saint Pierre nous dit: “Il use de patience envers vous, car Il ne veut pas que qui que ce soit aille à sa perte ; au contraire, Il veut que tous aient l'occasion de se détourner du mal.” (2 P 3,9b). Dieu attend, car Il veut nous rencontrer. Le Seigneur Jésus Christ veut nous rencontrer, c’est pourquoi Il reviendra dans la gloire. Mais si dans cette vie de pèlerins, nous pouvons rencontrer Dieu dans la foi, en écoutant la parole de Dieu et en célébrant la liturgie et les sacrements, nous sommes déjà “bienheureux”! Étant dans le monde, nous ne sommes pas du monde, selon le désir de Jésus, exprimé dans sa prière à son Père avant de retourner vers Lui (cf. Jn 17,14-16).

4. Dieu attend! Nous attendons! Au fin fond du cœur, l’homme désire toujours ce qui est noble, et tourne secrètement son cœur vers Dieu qui est l’Origine, la Patrie authentique. La nostalgie est de la nature de l’homme. L’Avent est le temps où l’Église suscite chez le chrétien l’amour de sa Patrie authentique. Tourné vers la Patrie céleste, aimer “la Patrie Trinitaire”, cela ne signifie pas l’oubli des valeurs terrestres. Au contraire, le devoir de tout chrétien est de transformer le monde, de changer ce monde, de préparer “le Ciel nouveau, la Terre nouvelle” (2 P 3,13) où Dieu demeure: “Maintenant, je fais toutes choses nouvelles” (Ap 21,5). C’est Dieu qui fait toutes choses nouvelles, l’Esprit Créateur de Dieu renouvelle la face de la terre! Collaborons avec l’Eprit pour renouveler toutes choses, préparer le chemin à l’Incarnation de la Deuxième Personne Divine, qui se fait homme et habite parmi nous.

5. Suivons l’exemple de Jean Baptiste pour préparer le chemin du Seigneur. Devenons la voix du “Héraut dans le désert”! Ce Héraut est le Seigneur! Notre vie devient “la voix” du Seigneur. Nous sommes ses “messagers”; pour être moins indignes, nous devons tout d’abord nous renouveler nous-mêmes! Renouvelons notre propre personne! Comblons les fossés, pour que personne n’y tombe! Aplanissons les creux et bosses de notre route, pour que les autres puissent nous accompagner! Repentissons-nous pour être pardonnés. Préparons notre cœur pour accueillir le Rédempteur, Celui qui va venir pour nous baptiser par l’Esprit Saint. Veillons à renouveler notre vie familiale, malgré les nombreux défis et difficultés! Préparons notre famille à accueillir Dieu, à écouter l’Évangile de Dieu!

6. Particulièrement cette année, efforçons-nous d’amener la Joie de l’Évangile à notre paroisse, à toutes les composantes de notre paroisse, à toutes les structures et organisations de notre paroisse, de sorte que notre paroisse ressemble de plus en plus à la Première Communauté chrétienne (cf. la Lettre pastorale de la Conférence épiscopale du Vietnam, no 1). En paroisse, comme en famille, chacun doit se renouveler avant d’exiger que les autres changent. Nous repentir et croire à l’Évangile, nous aurons la joie de l’Évangile. Cette joie est avant tout la joie de suivre le Seigneur et devenir vrai disciple du Seigneur, écouter et pratiquer la Parole de Dieu. La paroisse devient peu à peu comme la famille de Dieu sur terre. Le curé et le vicaire doivent être de bons exemples aux laïcs dans l’effort de s’élever. Le Conseil paroissial et les groupements essayent de changer leur manière de vivre et leur manière de penser.

7. Je préside la célébration eucharistique dans de nombreuses églises paroissiales et je suis très fier de la participation pieuse et active des composantes du peuple de Dieu. Il y a seulement un petit nombre qui arrivent en retard, sans doute à cause des embouteillages ou pour une quelconque raison; mais si cette situation peut être surmontée, cela est digne d’éloges. Il y a probablement parmi ceux qui assistent à l’Eucharistie, de nombreuses personnes qui veulent vraiment rencontrer Dieu et recevoir la vie de Dieu. Je n’ai pas eu l’occasion d’écouter les frères prêtres prêcher pendant la Messe, mais je souhaite que vous veilliez à préparer des homélies brèves, claires, faciles à comprendre et ayant de la qualité pour nourrir la vie du Peuple de Dieu. Dans l’enseignement du catéchisme, il faut une étroite colalboration entre les  prêtres et les laïcs, mais les prêtres restent toujours les responsables principaux. Il faut faire de telle sorte que l’enseignement contribue à faire entrer la Parole de Dieu dans la vie des fidèles. 

8. Je rêve que les paroisses deviennent des communautés de communion, communion avec Dieu et union entre les membres, que chacun ait sa place au sein de la paroisse, spécialement les pauvres et les jeunes. Je rêve que tous les chrétiens de la paroisse deviennent des disciples apostoliques de Jésus, s’engageant activement dans l’annonce de l’Évangile de Jésus, prêts à dialoguer avec tous les hommes, à ceux qui sont d’une autre religion, et même à ceux qui n’ont aucune croyance religieuse; prêts à rendre compte de l’espérance que vous avez dans votre cœur, dans votre vie. Je rêve que nous tous, chrétiens, nous devenions des “consolateurs”, des “défenseurs”, comme l’Esprit Saint, pour ceux qui rencontrent malheurs et souffrances. Ouvrons nos cœurs et ouvrons nos regards vers les terres qui, jadis, furent le berceau du christianisme, comme la Syrie, l’Irak…, offrons nos sacrifices afin de prier pour les personnes qui doivent tout quitter, qui doivent quitter leur terre natale pour témoigner de Dieu. Au Vietnam, tournons notre cœur vers nos frères et soeurs migrants qui doivent quitter la campagne pour aller en ville chercher le moyen de vivre.

9. Le Pape François a choisi 2015 comme Année de “la vie consacrée”. C’est l’occasion favorable pour vous, religieux et religieuses, pour que vous viviez la vie consacrée et approfondissiez votre identité et votre charisme afin d’ “expérimenter sans cesse l’amitié et le message du Christ” (cf. La Joie de l’Évangile, no 264). C’est cette expérience qui vous incite à aimer davantage le Christ et à partager cet amour aux autres, à vous engager dans l’évangélisation de manière plus hardie, en coopération étroite avec l’Église locale (cf. Lettre pastorale de la Conférence épiscopale du Vietnam 2014).

10. Sur le plan pastoral, à partir du Premier dimanche de l’Avent, notre Archidiocèse de Saigon commencera à réaliser le programme proposé par la Conférence épiscopale du Vietnam pour 2015 sur la réévangélisation des paroisses et des communautés vivant la vie consacrée. Après l’Avent, nous entrerons avec joie dans la Fête de Noël, une grande fête non seulement pour l’Église catholique, mais aussi pour tous les chrétiens du monde. Nous sommes joyeux car Dieu vient vers nous, Dieu est né au milieu des hommes, et va rester avec nous tous les jours jusqu’à la fin des temps. Nous allons poursuivre “la culture de la rencontre” que Dieu nous a ouverte et nous tourner vers le jour où nous nous rencontrerons tous pleinement dans le Royaume de Dieu.

11. Nous allons suivre l’exemple du Seigneur pour aller vers tous les hommes, en particulier vers les pauvres, venir parmi eux, demeurer au milieu d’eux, partager avec eux les joies et les peines, apporter la lumière d’Amour de Dieu à tous, apporter la “confiance”, apporter la “joie de l’Évangile” à tous. Dieu qui est né est notre source de joie. Les autres joies sont seulement secondaires et ne doivent pas cacher la Lumière sacrée de la nuit de Noël, la joie divine que Dieu nous apporte. Je demande que vous dépensiez moins dans les divertissements mondains la nuit de Noël, pour pouvoir partager aux pauvres votre argent et vos biens matériels. J’ai entendu dire que ceux qui sont atteints du HIV/SIDA au centre anti-toxicomanie de Trong Diem – là où il y avait une coopération assez étroite entre les congrégations religieuses et les autorités publiques, ainsi que la société civile – sont dans un grand besoin, notamment pendant les grandes fêtes, comme Noël ou le Têt Nguyên Dan.

12. Notre joie de Noël se prolonge, si Dieu ne cesse de naître dans notre cœur. Or, là où il y a de l’amour, là est Dieu, là où il y a de la miséricorde, là est la grâce de Dieu, là où il y a la charité, là Dieu bénit sans cesse, là où  il y a de la concorde, là abonde la joie!

Je vous souhaite un pieux temps de l’Avent, une douce fête de Noël et un temps de Noël rempli de joie et de grâce!

À vous tous, mes salutations cordiales!

(signature et cachet)

+ Paul BUI VAN DOC
Archevêque